La LETTRE du Mois

Lettre N° 36 - Octobre 2021

 

LIGNE ÉDITORIALE

ICI, tout va bien est né en 2017. Dans sa version actuelle démarrée avec le numéro de mars 2021, ITVB veut plus qu’hier faciliter le déclic du passage à l’action, de la co-construction, de l’envie de faire avec, de se remettre en phase avec le vivant, de s’impliquer ponctuellement ou à long terme dans un projet à travers la mise en avant de récits proches de chez nous* et parfois plus loin.

Marie-Hélène Lopez

Point commun de ces initiatives, solutions ou pratiques innovantes : elles sont vectrices d’émancipation, de mieux-être, de sens par leur part-pris environnemental, leur modèle économique et social, leur gouvernance aussi.

Poursuivre le journalisme positif, bien sûr, reposant sur de nouveaux imaginaires, des envies de possibles en appuyant sur l’engagement et les énergies collectives.

L’art, la culture, seront des leviers toujours essentiels dans ce devenir proche.

Les forces pour agir sont là, à nous de les saisir.

« Il n’y a pas de lendemains qui chantent, il n’y a que des aujourd’hui qui bruissent » selon « les furtifs » d’Alain Damasio.

Marie-Hélène Lopez, journaliste, responsable de la Publication.

*Territoire d’information : les départements 24, 31, 32, 33, 40, 47, 64, 65.

ITVB c’est 9 lettres par an que l’on peut recevoir par mail gratuitement en s’abonnant ; possibilité de faire un don avec déduction fiscale.

ITVB pour ce numéro 36 propose une agréable déambulation auprès de celle qui pose  des questions, les bonnes,  donnant  de la matière à nos pensées ou nos  projets, en allant à la rencontre de celui qui ouvre les portes vers le  futur, de ceux qui initient de nouvelles convergences sur un territoire pour y vivre bien, de celles qui  veulent inventer un langage commun, levier de transformation locale, sans oublier ceux  qui expérimentent le partage de la gouvernance, nourri au et par le quotidien.
Le regard se veut curieux avec l’ambition de décrypter les forces qui guident le passage à l’action vers la transition écologique, lorsque l’on évoque également la monnaie locale ou les solutions écologiques à l’échelle d’une commune.
Les sujets se répondent, parfois se complètent, pour finalement s’associer avec l’ambition de faire naître de nouveaux scénarios, de nouvelles mises en scène qui révèlent « l’acteur ». On pense alors au dramaturge et créateur du théâtre-forum Augusto Boal lorsqu’il disait : « Être citoyen ce n’est pas vivre dans la société, c’est la transformer. »


 

Partager cet article de ICI, tout va bien
Pin It

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus