Saint-Geours-de-Maremne | 40

Plante diabolisée, au passé économique glorieux et oublié, toujours malmenée par la législation, le chanvre refait pourtant surface pour offrir ses vertus dans tous ses usages ou presque en tant que plante cultivée, aliment, textile, papier, isolant.  Zoom sur une production avec celui qui a démarré la filière dans les Landes.

Saint-Geours-de-Maremne | 40

Plante diabolisée, au passé économique glorieux et oublié, toujours malmenée par la législation, le chanvre refait pourtant surface pour offrir ses vertus dans tous ses usages ou presque en tant que plante cultivée, aliment, textile, papier, isolant.  Zoom sur une production avec celui qui a démarré la filière dans les Landes.

Connaissez-vous l’origine de la Cannebière à Marseille ? A quoi fait référence la chanson « dansons la Carmagnole » ? En quelle matière étaient faites les voiles des découvreurs des nouveaux monde ? A ces questions, l’initié répond le chanvre et c’est ainsi que commence notre échange avec Vincent Lartizien, ancien professionnel de surf, aujourd’hui entièrement dévoué à cette plante, pourrait-on dire.
 
La priorité à une nourriture saine
Sa vie à Hawaï où les chamanes utilisaient leur pouvoir guérisseur alors que la culture était à l’époque interdite sur l’ile, ainsi que sa curiosité portée sur ce végétal au cours de l’essor de l’humanité l’ont amené à s’intéresser à cette plante dans son entièreté.
« Bien qu’issu d’une famille de médecins, mes voyages, mes rencontres ont fait que j’ai  porté un autre regard sur la santé. Après une formation en thérapie énergétique, je me suis intéressé à la façon de bien se nourrir pour être en bonne santé plutôt qu’au combat que la médecine mène contre la pathologie, mais une fois dit cela, il fallait trouver le moyen d’agir… »

A la recherche d’une production de produits bons pour la santé
Vincent Lartizien ne va donc pas choisir de transformer un modèle économique, mais participer à la production de produits sains et bons pour la santé. Il décide d’explorer alors les principales qualités mécaniques et nutritives du chanvre. « De retour en France, j’ai fondé Les chanvres de l’Atlantique en 2016 autour de la production de graines d’huiles et de farines à partir de chanvre bio. »

Création d’une filière landaise avec le soutien d’un financeur local
Implanté dans les Landes (on reconnaît bien le surfeur !!) Vincent Lartizien va se rapprocher d’agriculteurs pour créer une filière et les outils industriels nécessaires (dont une usine, en cours de réalisation, construite en béton de chanvre ; issu de la tige). Si les banques sont frileuses à l’écoute de ce projet au profil atypique, l’entrepreneur, comme il se définit, bénéficiera d’une aide de 500 000 € venue d’un ancien surfeur, à la tête d’une marque de surf implantée dans les Landes.  Aujourd’hui la région Nouvelle Aquitaine le soutient.

Une plante bonne pour le sol
Revenons à la culture du chanvre dont la graine se sème en mai, que l’on récolte en octobre au plus tard et qui couvre aujourd’hui plus de 400 hectares dans le département landais : « On double quasiment la surface chaque année depuis le démarrage. On a passé des contrats de 3 à 5 ans avec des agriculteurs qui ont fait le choix d’être formé à la culture en bio de cette plante qui demande une rotation culturale de 5 à 7 ans. L’alternance se fait avec du colza, du maïs, du blé… C’est une plante frugale, qui a besoin d’un sol sain pour une production d’une tonne à deux tonnes l’hectare. Nous achetons aussi auprès d’agriculteurs en dehors de la région, mais l’idée est d’augmenter la surface ici dans la région, à une distance de 200 km maximum car nous voulons développer des produits à partir de la fibre qui nécessiteront une production proche de l’usine » précise notre interlocuteur qui ne se donne qu’un seul objectif avec son équipe, celui de sauver le monde.
Les chanvres de l’Atlantique utilisent bien évidemment des variétés légales certifiées dont la Finola, la Carmagnole, dites variétés monoïques (mâle et femelle à la fois) dont le taux de THC (propriété psychoactive) est inférieur à 0,2%.


Les Trois coups ! selon Vincent Lartizien

> Coup de chapeau :  « Aux agriculteurs, nos partenaires qui se sont lancés dans cette nouvelle culture qui allait changer leurs habitudes».

> Coup de main  : « La législation doit changer afin que le chanvre et le cannabis soient reconnus comme une seule plante. Cela nous offrirait plus de variétés culturales et de meilleurs rendements  »

> Coup de projecteur : « Sur cette plante merveilleuse qui permet de se loger, de s’habiller, de se nourrir et d’être en bonne santé. Il faut lui donner la lumière qu’elle mérite  ».

Pour les plus curieux : www.facebook.com/ChanvreDesLandes


Vous avez aimé ce récit, vous aimerez …  

Pour un nouveau contrat social équitable et solidaire entre citoyens et paysans   : http://www.ici-toutvabien.org/impliquer/333-pour-un-nouveau-contrat-social.html

Partager cet article de ICI, tout va bien
Pin It

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus