Financements, monnaies

  • Collecter de l'argent à travers des événements, une autre façon d'agir

    Bagnères de Bigorre 65

    Alors que certaines associations viennent en aide directement aux immigrés, d’autres font le choix de récolter de l’argent pour ces  associations (la CIMADE, le RESF).  A Bagnères de Bigorre des actions de collecte se mettent en place le plus souvent sur l’envie de rassembler, d’où l’idée d’organiser des concerts, un repas communautaire… mais aussi d’impulser d’autres formes de soutiens.

  • Dons, participations aux financements de projets …… Des collecteurs actifs dans le soutien

    Au cœur de la tourmente de ces derniers mois, ils ont soutenu, accompagné, pris le pouls de leurs interlocuteurs, développé de nouveaux accompagnements…
    Issus de l’économie sociale et solidaire ils mettent en place, pour l’un plus particulièrement des financements participatifs, pour l’autre des campagnes de dons… Les comportements changent, les réponses évoluent également.

  • L’eusko, la monnaie locale qui fait passer à l’action

    Bayonne | 64

    S’appuyant sur un territoire, son histoire, la monnaie complémentaire locale permettrait-elle de changer de comportement, de passer à l’action localement, sans presque s’en rendre compte ? Nommée outil social, elle est au Pays Basque en progression constante, aidée depuis quelque temps par sa version numérique.

  • L’expérimentation d’un nouveau modèle économique en ruralité

    Masquières, Tournon d’Agenais, Trentels  | 47

    Située sur une zone rurale à revitaliser une association expérimente de nouveaux modes de vivre et de travailler à partir de la création d’un éco système coopératif. Pièces maîtresses et fondatrices du modèle : relocaliser la production, s’appuyer sur la monnaie locale et assurer un revenu d’autonomie aux habitants désireux d’expérimenter ce modèle.

  • Lorsque financement local et fermage se conjuguent pour installer de nouveaux agriculteurs

    Saint Avit-47

    Depuis septembre dernier, non issus de l'agriculture, Sabine et Sébastien, ont pu entrer dans leur ferme à Saint Avit (à 15 km de Marmande/47) en tant que fermiers de Terre de liens pour démarrer prochainement  un projet de production de lait de chèvre bio qui sera transformée en fromage et vendue en circuits courts sur les marchés locaux.

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus