Ruralité fertile

  • «  Point commun avec nous, ce sont des agriculteurs avec une philosophie militante et ils cultivent l’entraide en tant qu’acteurs du territoire »

    St Sever/ Larbey  - 40

    …C’est la carte blanche d’Anne-Laure Verges –responsable de la vie sociale- au Café Culturel associatif Boissec, lieu situé en pleine ruralité, au cœur de la Chalosse, dans une commune de 250 habitants. On y pénètre par différentes activités comme l’ont fait Clément, éleveur et Marie, fromagère, tous deux bénévoles aussi dans ce lieu.

  • « En s’opposant, on a créé de la valeur pour notre territoire »

    Ossun | 65

    Les habitants d’un village, toutes générations confondues, se mobilisent pour s’opposer à un modèle économique productiviste ne tenant pas compte de leur cadre de vie. Connaissance du territoire, détermination et implication feront la victoire mais aussi la force de cette association qui, après 3 années de lutte, s’est mise en veille mais reste vigilante.

  • « On a créé un lieu qui représente un beau modèle de dynamique territoriale »

    Arrens-Marsous | 65

    Dans un village de montagne, de 700 habitants, quelques entrepreneurs et salariés projettent de créer un tiers-lieu. L’écoute et la proposition de la commune permettent de donner vie à ce lieu et de démontrer pour leurs initiateurs que la montagne est aussi innovante et pas uniquement une destination touristique.

  • «La ville et la ruralité ont des choses à se dire… Il faut faire profiter l’autre des richesses de son territoire »

    Toulouse/ St Frajoux - 31

    …C’est la carte blanche de Doni Ravinet - coordinateur salarié et l’un des fondateurs de  l’association Sozhino - Association  implantée depuis dix ans dans un quartier populaire à Toulouse qui a démarré en accompagnant  les artistes locaux émergents, puis a créé un lieu d’art et dernièrement un café associatif. Il propose de découvrir un agriculteur qui voici 3 ans était encore un acteur de la culture. La  ville et la ruralité, un lien à tisser pour dessiner l’avenir… 

  • À travers une « solution d’hier », démarches innovantes et liens se mettent en place

    Sentous-Lahitte-Libaros | 65

    En 1998, un agriculteur propose le regroupement de moyens matériels auprès d’agriculteurs de trois communes voisines. La mise en place d’une CUMA, un système coopératif qui a vu le jour en 1945, va entraîner une nouvelle organisation collective, de nouvelles façons de travailler le sol et renforcer les liens entre ses adhérents.

  • Comment apporter du lien social et de la convivialité en campagne ?

    Saint-Christophe des Bardes - 33

    Passionné de la ruralité et de la question locale, il avance à visage découvert dans les petits villages au nord de la Gironde.Il se saisit de l’histoire du lieu, du patrimoine, des rencontres avec les habitants… pour apporter du lien social et de la convivialité. La première expérimentation du collectif en cours est déjà prometteuse.

  • Conjuguer dispositif jeunes et atouts de la ruralité

    Termes d'Armagnac - 32

    D’un côté,  une ruralité où les initiatives locales sont multiples mais peu soutenues ; de l’autre, des jeunes, de plus en plus nombreux à s’engager dans des actions solidaires mais peu sollicités dans le secteur rural. Entre les deux, une association qui propose la mise en place d’un dispositif jeunes venant en appui des acteurs locaux. Un pari sur l’avenir…

  • Dans le Gers, les bonnes vibrations s’émettent en disant 32 aux jeunes médecins

    Pavie, Fleurance, Lectoure-32/

    Dans le Gers on ne manque pas d’idées pour attirer les jeunes médecins. Communes, communautés de Communes, ordre des médecins, ARS, offices de tourisme, tous disent 32 avec le conseil départemental, également prêt à partager ses bonnes idées au-delà de son territoire pour lutter contre la désertification médicale annoncée en milieu rural.

  • Engouement local pour un centre accueillant des personnes isolées malades du cancer

    Hagetmau 40

    Proposer une structure d’accueil pour accompagner les personnes atteintes d’un cancer ou leurs accompagnants en pleine ruralité, c’est le pari d’une jeune infirmière. Ouverte depuis un an et demi, la petite structure qui monte, qui monte s’appuie sur un véritable élan solidaire local. Et si demain reste à construire, l’heure est à l‘optimisme.

  • L’arbre et le paysage, des indispensables pour agir sur notre environnement

    Auch | 32

    Comment réapprendre notre relation à l’arbre, à son pouvoir sur le vivant ? Comment agir sur ce qui l’environne ? Depuis plus de 30 ans, une association accompagne des projets de plantation d’arbres, de haies champêtre et d’agroforesterie afin que les territoires puissent durablement produire et prospérer.

  • L’expérimentation d’un nouveau modèle économique en ruralité

    Masquières, Tournon d’Agenais, Trentels  | 47

    Située sur une zone rurale à revitaliser une association expérimente de nouveaux modes de vivre et de travailler à partir de la création d’un éco système coopératif. Pièces maîtresses et fondatrices du modèle : relocaliser la production, s’appuyer sur la monnaie locale et assurer un revenu d’autonomie aux habitants désireux d’expérimenter ce modèle.

  • Le choix de la coopérative pour aller vers un nouveau projet

    Simorre 32

    À partir d’un projet conçu à deux, s’appuyant sur un retour à la campagne, ils ont créé un bar-bistro culturel. S’ils ont continué l’histoire d’un lieu de vie, ils y ont ajouté leurs convictions et l’envie de construire un avenir avec les habitants du village. Leur SARL est devenue une coopérative où le partage fait pleinement sens.Une idée de visite pour l’été…

  • Les femmes agricultrices prennent leur métier en main

    Cesson-Sévigné | 35

    Les femmes agricultrices sont souvent absentes dans les formations professionnelles. À partir de ce constat, des groupes de paysannes vont se créer au sein du CIVAM* notamment. Par l’échange, le gain en compétence et en autonomie, il s’agit de donner vie à des comportements égalitaires et des prises de responsabilités partagées entre femmes et hommes.

  • Pour lutter contre le gaspillage, une association propose le grappillage à partir du web

    Saint Romain Le Noble  47

    Qui possède un verger a connu des moments de fortes récoltes. Après avoir appelé les voisins, les amis, il en reste toujours sur l'arbre. Que faire ? Dans le Lot-et-Garonne, une association a trouvé la solution à travers la mise en place de la plateforme "Adopte un fruit". Elle a pour vocation de mettre en relation gratuitement cueilleurs et "cultiv'acteurs". Démarrage courant avril.

  • Quand formation et embauche de réfugiés répondent à l’activité viticole

    Aire-sur-l’Adour | 40

    Depuis deux ans, des réfugiés sont formés à la viticulture en Madiran,Tursan et Coteaux de Gascogne avec l’objectif d’une embauche. Une opération où tout le monde est gagnant, car le secteur viticole est en manque de bras. Centre d’accueil pour demandeurs d’asile, organisme de formation et employeurs réussissent ici un beau partenariat en voie de pérennisation. Notre guide pour le récit de cette aventure est agriculteur, mais aussi le formateur auprès de ces réfugiés.

  • Quand le patrimoine reprend vie à partir de visites de qualité

    Le Buisson de Cadouin - 24

    S’appuyer sur le savoir historique et scientifique avec le souci de la pédagogie lors de visites du patrimoine. Depuis plus de 20 ans les propositions de qualité se développent à la demande des collectivités locales grâce à une association et les visiteurs répondent présents.

  • Redonner vie aux fermes à partir d’un nouveau modèle agricole

    Espiute | 64

    Faire coexister sur d’anciennes fermes logement social et terres agricoles pour accueillir des paysans, mais pas uniquement, tel est le pari de ce nouveau modèle agricole pensé et en cours de construction, mené par une association depuis 2018. Pour ses deux fondateurs, malgré les soutiens reçus, il s’agit de faire bouger les lignes…

  • Un café-librairie ambulant pour que vive la culture et l’échange en ruralité

    Mandacou | 24

    Voulant raviver une vie culturelle et sociale en pleine ruralité, une association projette la réalisation d’un événement culturel ; quelques mois plus tard, emporté par la crise sanitaire, le projet devient un café librairie ambulant. Les collectivités de proximité ne boudent pas leur attrait pour ce concept qui offrira aussi des animations culturelles.

  • Un lieu accueillant et gratuit à destination des femmes malades du cancer

    Sainte Marthe | 47

    Après une vie professionnelle militante dans le secteur associatif, la retraite de ce couple se devait d’être active et ouverte vers les autres. Le projet prend forme autour de chambres d’hôtes dans un moulin avec la volonté d’associer des animations culturelles, mais aussi avec force et enthousiasme, d’accueillir gratuitement des femmes malades du cancer pour qu’elles se reposent. Ses « invitées », nommées ainsi y sont reçues depuis quelques mois…

  • Une association revitalise le centre-bourg de la commune avec les projets de ses habitants

    Sainte-Foy-la-Grande | 33

    Qu’est-ce qui pourrait redynamiser notre centre-ville ? C’est la question posée par quelques familles de la commune rurale de 2500 habitants à tous ses habitants. Résultat : les projets affluent et le collectif à l’initiative se structure. Dix ans après, les activités se sont développées tout en restant fidèles à la méthode qui consiste à dire à chaque porteur de projet « on va tout faire pour rendre possible votre idée ».

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus