Prochaine Lettre ITVB, jeudi 30 septembre.

Buzy | 64

Une nécessité ressentie voici 34 ans de promouvoir l’éducation à l’environnement en utilisant la nature à des fins de plein épanouissement de la personne. La démarche est simple, locale et pleinement d’actualité. Elle se décline aujourd’hui auprès des scolaires, des centres de loisirs, mais aussi de propositions lors des vacances des jeunes. À découvrir, tout près de chez soi.

« Nos actions s’inscrivent  dans le temps, le temps long et sont construites autour d’une  démarche éducative. Depuis la  création  de l’association « éducation environnement des Pyrénées-Atlantiques » en 1987, notre mission est d’œuvrer en matière d’éducation à l’environnement partout et pour tous » raconte Jacques Lachambre, son directeur, au côté des fondateurs dès les premières années  de l’association.


Des fondateurs « visionnaires »
À l’origine de l’association, on trouve trois personnes travaillant sur un même territoire au sein de service de l’État dans différents  domaines : le Parc naturel des Pyrénées, Jeunesse et Sport (ainsi nommé autrefois) et l’environnement. «  Le besoin a été ressenti par ces trois personnes de développer le champ de l’éducation à l’environnement. Ils ont fédéré autour d’eux des associations de la protection de la nature, de l’éducation populaire, de la Ligue de l’enseignement, des accompagnateurs montagnes… Je parle d’eux comme de visionnaires   même si,  il faut le rappeler, en 1972 une conférence  internationale  de l’ONU avait placé  l’environnement et l’écologie au rang des préoccupations internationales » précise celui qui était à l’époque  stagiaire.  


« Il y a souvent de l’extraordinaire près de chez soi »
L’association s’est développée aujourd’hui plus localement, dans le Béarn et auprès des écoles et cela tout au long de l’année avec depuis quelque temps une demande bien plus accrue. Dernièrement l’association a été sollicitée pour sensibiliser les jeunes des écoles de CM1, CM2  et de 6e à la biodiversité lors d’une journée ; une  demande qui ne correspond pas vraiment aux souhaits de l’association : « Habituellement,  on va être  présent sur une année avec d’autres acteurs pour avoir une véritable action pédagogique qui se déclinera à travers le dessin, la poésie, les maths… On a dit oui, car l’objectif était de partir à pied de l’établissement et d’y revenir par des sentiers. La totalité des écoles ont participé, soit 450 jeunes. C’était hier inconcevable ce  type de sortie… ce que nous venons de vivre y est pour quelque chose très certainement. Les enfants, mais aussi les enseignants ont pu explorer une nature de proximité. Il y a souvent de l’extraordinaire près de chez soi et il est important de découvrir une espèce d’ailleurs tout près …»


Nuitées en  gîte, sous tentes ou sous tipis et même à la belle étoile
« Cet été,  comme depuis de nombreuses années, les séjours en pleine nature,  habilités "Vacances apprenantes" sont très demandés, ils répondent à  un besoin sociétal », précise notre interlocuteur.   La proposition  est fondée sur de l’itinérance en montagne avec  des nuitées selon les âges, en  gîte, sous tentes ou sous tipis et même à la belle étoile. Les portables n’y sont pas autorisés. L’aventure peut commencer : «  Apprendre  à faire du feu pour faire la cuisine, se laver dans le  torrent en regardant les petites bêtes voler ou passer dans l’eau ; c’est une véritable immersion  dans la nature. Les personnes intervenantes  permettent cette expérience  en toute sécurité.»


Privilégier le vivre-ensemble et l’esprit d'équipe
Enfin l’association propose à l’année, sur le site de Buzy, à travers le club « le Desman » en direction des jeunes de 6  à 11 ans, en dehors des vacances scolaires, le mercredi, des activités de pleine nature,  privilégiant le vivre-ensemble et l’esprit d'équipe. « Nous le proposons aux locaux, mais là aussi l’idée est que les jeunes s’engagent sur l’année. On nous avait dit que cela ne  marcherait jamais, mais cela marche encore et toujours » conclut  notre interlocuteur, un amoureux de la nature comme on peut l’imaginer.

 


Les Trois coups ! Selon Jacques Lachambre





> Coup de chapeau :  « A ceux qui ont été des visionnaires pour  monter cette association voici 34 ans, s’il faut un nom, je parlerai de  Louis Espinassou, qui travaillait au Parc national des Pyrénées, un fervent actif pour l’école du dehors et qui est toujours  resté présent auprès de l’association  depuis sa création.»





> Coup de main : « L’association peut aider des jeunes à partir de 17 ans qui sont attirés par les métiers de l’environnement. On est là aussi pour informer, former, proposer des encadrements de groupes… On a eu des jeunes  qui avaient décroché au niveau scolaire et qui ont trouvé  leur voie ici.»



> Coup de projecteur : « Sur l’action de l’école d’Arudy, à côté de chez nous,  qui a conçu le projet et  l’a réalisé, d’aller camper pendant 2 nuits à 3 km de l’école dans un camping et pour cela d’y partir à pied  en empruntant des sentiers, de dormir sous la tente, d’inviter les familles… Et là, les enseignants ont rencontré des parents d’enfants qu’ils n’avaient jamais vus à l’école… Les échanges et les conversations se faisaient autour du barbecue… C’est une  action qui peut se faire dans beaucoup d’endroits, qui ne coûte rien, et qui enrichit les relations humaines.»



Pour les plus curieux :      

Éducation –environnement des Pyrénées-Atlantiques : http://www.education-environnement-64.org

Réseau national d'éducation à l'environnement :  https://frene.org/

Enseignants organisant des temps d'apprentissage hors de l'école : https://classe-dehors.org

 


Vous avez aimé ce récit, vous aimerez… : https://www.ici-toutvabien.org/renouer/157-oeuvre-eco-paysagere-gers-aubiet.html

Partager cet article de ICI, tout va bien
Pin It

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus